Prométhée Humanitaire : 25 ans de feu sacré pour aider les enfants des rues

Claire Falisse et Farah, bénévole à Prométhée Humanitaire, au Forum des Associations 2021 organisé par la Mairie du XIVème

Prométhée Humanitaire fêtera bientôt ses 25 ans d’existence. C’est dans le 14ème arrondissement de Paris que l’association de protection de l’enfance en danger à travers le monde a son siège. Nous sommes allés à la rencontre de Claire Falisse, sa co-fondatrice et directrice, un peu en amont de la 50ème édition de la grande vente d’objets de créateurs qui se tiendra les 4 et 5 décembre 2021 à l’Espace Commine (75003) pour contribuer au financement de la structure caritative.

Une actrice happée par l’humanitaire

Rencontrer Claire Falisse est relativement déstabilisant pour qui ne sait pas ce qu’est le don de soi. Même si sa modestie doit en souffrir, nous ne pouvions parler de Prométhée Humanitaire sans toucher un mot de celle qui, avec son amie Clotilde Heusse, est à l’origine de cet ambitieux projet d’aide aux enfants des rues. Car nous avons passé plus d’une heure et demi les yeux écarquillés et un peu abasourdi à l’écouter nous en parler. Claire Falisse se défend pourtant vivement d’être une sainte. Celle qui se destinait d’abord au métier d’actrice est arrivée en France il y a 35 ans en provenance de sa Belgique natale. Elle ne se doute pas encore qu’elle va se faire happer par l’humanitaire à l’occasion du tournage au Cambodge du téléfilm Les Saigneurs d’Alain Butler dont elle interprète l’un des personnages aux côtés de Véronique Jannot et de Claude Giraud. Cela ne va pourtant être qu’une demi-surprise pour sa famille qui l’avait déjà vue manifester son empathie pour les plus malheureux sur les traces de son père qui en Belgique prêtait main forte à l’Abbé Pierre. Mais ce voyage au Cambodge va être le véritable déclic de sa vocation rentrée de Saint-Bernard. Elle participe aux actions de Médecins Sans Frontières en visitant des orphelinats dont elle est frappée par l’état de délabrement et qui abritent dans des conditions d’hygiène extrêmement limite des enfants que l’inactivité et l’absence de stimulations a rendu à moitié autistes. Quelques années plus tard, à l’occasion d’une visite au Vietnam en compagnie de son amie Clotilde Heusse, elle est de nouveau assez stupéfaite de constater dans quelles conditions de dénuement vivent de nombreux enfants SDF. De retour en France, les deux femmes vont décider de s’engager durablement en leur faveur en créant l’association Prométhée Humanitaire.

Crédit photo Prométhée Humanitaire

Réparer et aider les enfants des rues sur le long terme

C’est un travail titanesque qui les attend. D’autant que les enfants des rues qui vivent principalement du vol, de la mendicité et de la prostitution, sont partout dans le monde mal perçus et stigmatisés. « Pour beaucoup de gens, ce sont des enfants foutus, témoigne Claire. Pourtant à 98%, nous en avons fait des hommes et des femmes bien, c’est-à-dire habités par le respect de l’autre et la bienveillance, et qui sont capables de donner à leurs propres enfants l’amour qu’ils n’ont pas eux-mêmes reçu ». Les enfants des rues se distinguent en effet essentiellement des orphelins par leur déficit affectif de départ. « Ils sont plus difficiles à mettre debout car la plupart du temps ils n’ont pas eu la base, nous explique leur maman de substitution. Ils sont partis de chez eux dès qu’ils ont pu marcher, mais ça n’a jamais très bien fonctionné. Ce sont souvent des enfants de gens très pauvres, de cas sociaux, de fous ou d’alcooliques. C’est pour cela que leur redonner confiance en l’humain et en la vie peut prendre du temps. Pour les sauver, il n’y a pas deux solutions : il faut leur offrir un abri 24h/24 et surtout leur proposer un vrai projet d’avenir auquel ils pourront s’accrocher. » Prométhée Humanitaire entend ainsi ausi bien se démarquer des grosses ONG qui manquent de souplesse et d’à propos et se contentent de proposer des programmes de retour en famille plus ou moins efficaces, que des petites associations locales qui manquent cruellement de moyens et qui proposent soit des centres de jour soit des centres de nuit. L’action de l’association humanitaire française se situe quant à elle sur le long terme et sa directrice est particulièrement fière d’avoir « élevé » et scolarisé douze enfants qui sont aujourd’hui universitaires. « Ce que nous faisons, nous voulons le faire bien, insiste Claire. Il vaut mieux s’occuper de moins d’enfants et le faire honnêtement sur le long terme plutôt que dépenser de l’argent en pure perte pour des actions ponctuelles et sans aucun suivi ».

Une présence en Haïti, à Madagascar et au Sénégal

La structure caritative est aujourd’hui présente en Haïti aux côtés du centre d’accueil Chemin la Vie, au Sénégal avec l’association SPER et à Madagascar en soutien du Centre Ranovozantsoa. En s’appuyant sur ce réseau d’associations partenaires locales, Prométhée Humanitaire s’emploie à proposer une prise en charge totale des enfants abandonnés en construisant et en animant des centres d’accueil qui leur assurent subsistance et scolarisation dans un cadre de vie stable et pérenne. Les réalisations sont multiples, qui toutes visent à l’intégration par le travail dans des pays qui souvent n’en proposent pas (a fortiori depuis l’épidémie de Covid). Elles peuvent prendre ici la forme de la création d’une boulangerie solidaire tenus par les enfants ou bien là celle de jardins potagers dont ils seront chargés de l’entretien. « Nous recherchons actuellement activement des sponsors pour créer des petits jardins écolos sur différents sites où nous sommes implantés, nous précise Claire. Nous avons des terrains pour le faire en Haïti et en Casamance au Sénégal. Les enfants pourraient y apprendre à travailler alors même qu’ils n’ont jamais vu leurs parents le faire et également à être plus autonomes et auto-suffisants dans un environnement économique aujourd’hui très dégradé. Bien sûr, dans ces pays très pauvres, cela nécessite de construire des murs pour empêcher que les productions ne soient volées. Nous avons commencé à le faire en Haïti sur le grand terrain dont nous disposons et sommes également sur le point de le faire au Sénégal. » Tous les donateurs sont bien sûr les bienvenus, qui pour aider à la construction des murs, qui pour participer à celle d’un poulailler. Pour venir en aide aux 160 enfants aujourd’hui suivis par Prométhée Humanitaire, l’association de bienfaisance ne recevra en effet jamais trop de dons (ouvrant droit à réduction fiscale à hauteur de 75% de leur montant). Elle organise par ailleurs chaque année grâce à la générosité de nombreuses entreprises partenaires et à l’aide de ses bénévoles deux grandes ventes de créateurs pour financer ses projets solidaires. La cinquantième édition de cette vente aura donc lieu les 4 et 5 décembre prochains à l’Espace Commine dans le troisième arrondissement de Paris. Courrez-y un peu avant Noël si vous voulez faire du bien avec du beau !

Cliquez ici pour faire un don à Prométhée Humanitaire (don ouvrant droit à réduction fiscale à hauteur de 75% de son montant).

Cliquez ici pour une visite sur l’Adobe Spark Page de Prométhée Humanitaire et visionner les nombreuses vidéos qui vous sensibiliseront au travail sur le terrain de l’association.

Cliquez ici pour accéder au site de Prométhée Humanitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *